• Événements
  • Cercle de Réflexion
  • À propos
  • Le Swiss Center for Luxury Research
Se connecterS'abonner
  • Tribune libre
  • Business & Tendances
  • Style & Évasion
  • Durabilité
  • Académique & Études
  • Les mondes du luxe
Se connecterS'abonner
Business

«En valeur, l’horlogerie a un demi-siècle de retard sur l’art»

Sur le marché des enchères, les résultats ont été contrastés en 2020. La maison Phillips in Association with Bacs & Russo menée par le charismatique Aurel Bacs tire pourtant son épingle du jeu avec un exercice record sur le secteur des montres. Une performance qui contraste avec une industrie horlogère à la peine.

Cristina D’Agostino

By Cristina D’Agostino04 mars 2021

Phillips in Association with Bacs & Russo a enregistré un chiffre d'affaires record en 2020 (DR)

133 Mio $

Le chiffre d'affaires 2020 de Phillips in Association with Bacs & Russo

+20%

Le CA 2020 Phillips in Association with Bacs & Russo par rapport à 2019

4,9 Mio CHF

La vente record online pour une montre (Patek Philippe Réf. 2523/1)

Face à la crise qui bouleverse le monde des enchères, tous n’ont pas joué leurs atouts de la même manière. Alors que les grandes maisons de vente aux enchères enregistraient des résultats contrastés selon les secteurs, Phillips in Association with Bacs & Russo performait en 2020, réalisant la meilleure année de son histoire avec un chiffre d’affaires de plus de 133 millions de dollars, soit une hausse de 20% par rapport à 2019. Un résultat qui, à ce jour, est le meilleur réalisé par une maison de vente aux enchères de montres. Si Aurel Bacs, son commissaire-priseur et consultant sénior bénéficie d’une réputation auréolée de nombreuses adjudications records - dont le plus haut résultat jamais atteint pour une montre-bracelet vintage vendue aux enchères, la Rolex Cosmograph Daytona "Paul Newman" de Paul Newman, référence 6239 pour 17 709, 894 francs suisses - la manière dont le département horlogerie est structuré chez Phillips semble également jouer l’avantage. Entretien croisé entre Alexandre Ghotbi, directeur du département montres, Europe continentale et Moyen-Orient et Aurel Bacs.

Aurel Bacs, qu’est-ce qui aura fait la différence en 2020 pour Phillips in Association with Bacs & Russo?

Aurel Bacs, consultant exclusif pour Phillips in Association with Bacs & Russo (DR)

Nous avons joué de dynamisme et de créativité. Mais cela n’est possible qu’à une condition: la quasi indépendance du département montres chez Phillips, une liberté que nos confrères n’ont pas. Tant que les bilans sont sains et nos clients satisfaits, le siège nous laisse libre d’entreprendre les actions les mieux adaptées aux circonstances, en termes de lieux et dates de ventes, de choix de thématiques, d’investissements digitaux, de recrutements. Une rapidité d’exécution qui a fait la différence, puisque certaines décisions se prennent en 24 heures. Nous ne sommes pas légalement indépendants de Phillips, mais la liberté que nous avons nous permet de travailler comme si nous l’étions.

Sur le site de Phillips, on peut y lire une envie de développer un esprit visionnaire. En quoi l’êtes-vous?

Aurel Bacs. Je n’aurais pas la prétention de dire que je suis visionnaire. Mais je rêve. Je rêve qu’un jour les montres soient considérées au niveau des toiles impressionnistes ou du pop art. Pour y arriver, il ne faut peut-être pas être visionnaire, mais innovant.

La Rolex “Paul Newman” Daytona référence 6239 vendue 17 709,894 francs suisse, un record absolu pour une montre (DR)

Quel est donc cet esprit innovant?

A.B. J’ai décidé en 2015 de ne jamais embaucher de technocrates classiques de notre secteur, mais des amateurs de montres. Alexandre Ghotbi a eu une carrière d’avocat avant d’intégrer Phillips. Paul Boutros à New York était ingénieur dans le domaine de la défense, James Marks à Londres était dans les hedge funds. Ce sont des profils intéressants. Cela amène des visions innovantes. Nous rêvons et nous respirons l’horlogerie jour et nuit. Est-ce que cela nous rend visionnaires? Non. Mais authentiques, proches du client, oui. Nous sentons l’appétit du client, car nous l’avons aussi. C’est à notre avantage. Et cela se lit sur nos bilans.

D’où vient le danger aujourd’hui?

A.B. Ceux qui nous copient ne sont pas ceux qui nous inquiètent. Même si certaines maisons de ventes aux enchères chinoises, dont une à Hong Kong a produit pratiquement le même catalogue de vente que le nôtre. Ces copies ne sont pas des menaces. La menace vient d’acteurs tout aussi dynamiques que nous, offline et online, qui ont une excellente relation proche du client et des investisseurs pour acheter et négocier du stock. Nos concurrents, ce sont les personnes privées.

Alexandre Ghotbi, directeur du département montres, Europe continentale et Moyen-Orient chez Phillips in Association with Bacs & Russo (DR)

Alexandre Ghotbi. Quelqu’un qui vend ses montres sur Instagram peut être un concurrent, mais uniquement sur une vente qui ne demande ni expertise ni réflexion intellectuelle, par exemple une Rolex pratiquement neuve qui change de main. Par contre, décrire les atouts et les détails d’un modèle Rolex des années 1950, cela devient beaucoup plus compliqué. La connaissance a une valeur.

A.B. Certes, aujourd’hui toutes les informations sont accessibles sur internet, encore faut-il discerner le vrai du faux. C’est là notre plus-value. Au fil de ma carrière, j’ai vendu plus de 60'000 montres et en ai examiné plus d’un million. Cela donne une certaine connaissance du métier.

Comment attirez-vous la jeune génération vers les montres vintage?

A.G. La jeune génération trouve le vintage romantique. Et cette tendance ne se trouve pas uniquement sur les réseaux sociaux. Nous ne cherchons pas une génération, mais des passionnés.

Qui fait le marché de demain, vous ou eux?

A.G. J’ai appris en finance à ne jamais aller contre le marché. Nous offrons ce que les gens recherchent: ce qu’il y a de plus rare et difficile à avoir.

Dans le secteur des voitures vintage, les goûts évoluent avec les générations, n’est-ce pas le cas avec les montres?

A.B. On ne peut pas généraliser sur ce que cette nouvelle génération désire. Aujourd’hui, l’horlogerie est si vaste, il y a plus de 600 marques. Il n’y a pas d’autres industries qui offrent ce choix. Il n’y a donc pas vraiment de tendance.

Comment s’est passé la vente online de la Patek Philippe (réf. 2523/1) adjugée 4 991,000 de francs suisses, un record pour Phillips, tous secteurs confondus?

La Patek Philippe (réf. 2523/1)

A.B. C’était une formule hybride et non une vente online type Amazon. Le client aurait pu avoir accès à la montre, même s’il ne l’a pas souhaité, se fondant sur notre réputation. Car contrairement aux grandes maisons de vente aux enchères concurrentes, nous n’avons pas abandonné l’aspect humain, c’est-à-dire le commissaire-priseur, les enchères par téléphone, les catalogues papier et les expositions physiques qui donnent accès aux produits à qui le veut, même en période de pandémie. Nos concurrents se sont trop vite transformés en nouvel Amazon de l’art. Et au final, ils ont moins bien performé que nous.

La pandémie n’a donc pas radicalement changé le business?

A.B. Elle a changé notre façon de travailler. Nous ne partageons plus le même bureau quotidiennement et je ne rencontre pas un dixième de nos clients, en physique, par rapport à 2019. Mais pour le reste, rien n’a changé. Nous examinons les montres, dans notre laboratoire, avec nos horlogers et nous dépensons toujours des centaines de milliers de francs pour nos expositions.

Prochainement, en mai, vous allez présenter cette incroyable collection de quatre montres Patek Philippe. Comment avez-vous réussi ce coup?

A.B. La référence 2499 de Patek Philippe, c’est la référence la plus mythique de la marque la plus prestigieuse au monde. C’est comparable à une Ferrari 250 GTO. C’est le rêve de chaque amateur. Cette série de Patek appartient au même collectionneur, un homme au goût incomparable. J’ai eu le plaisir de le retrouver chez lui. On y trouve un raffinement et un sens de la qualité qui sont stupéfiants. Nous avions établi depuis longtemps un rapport de confiance. Il avait pu juger de la qualité de la vente du mois de mai 2020, avec des pièces assez comparables appartenant à Jean-Claude Biver. Lentement, l’idée de cette vente à fait son chemin chez lui. La plus importante des quatre pièces de cette collection, je la lui avais vendue en 2008. De revoir cette pièce, c’était assez émouvant.

Quelques modèles exceptionnels de la vente du printemps 2021, dont les quatre Patek Phillipe Réf 2499 (DR)

Quelles sont vos ambitions aujourd’hui?  

A.B. Ouvrir des succursales dans d’autres villes n’est pas utile si l’on ne trouve pas les talents pour y travailler. Et afficher un nom à Pékin ne sert à rien si la matière première manque. Une montre rare est par définition rare. Le nombre de montres vintage n’est pas extensible. Nous pouvons croître si la valeur des montres croît également. Tout se base sur l’offre et la demande. Et en ce moment, elle est plutôt à la hausse. Il faut simplement s’assurer que le privé qui veut se procurer une belle montre passe par Phillips. Nous recevons à peu près 10'000 montres par année dans le monde. Nous n’en retenons que 1200 environ (12%), la moitié de nos concurrents. Mais la stricte qualité du choix est là.

A.G. Les collections sont faites pour évoluer. L’horlogerie est basée sur les goûts et ils peuvent changer. Je rappelle que les collections de montres ont démarré avec les montres de poche, aujourd’hui en parties délaissées.

A.B. Je n’ai personnellement jamais donné la garantie à quiconque que la valeur d’une Nautilus ou d’une Royal Oak pouvait augmenter chaque année de 10%, c’est impossible. Mais si on me demande mon avis sur la question de la valeur des montres à l’avenir, je suis fortement optimiste. Je vous donne un exemple. Je discutais récemment avec un client qui possède quatre toiles de Basquiat. Elles valent chacune plus 40 millions de dollars alors qu’il les avait achetées entre 50’00 et 80'000 pounds il y a des années. Est-ce qu’un jour une montre de Philippe Dufour vaudra 40 millions? Pourquoi pas? Qu’est-ce qui définit la valeur d’un tableau? Le nombre d’heures que l’artiste a passé à le peindre? Non. La valeur des matériaux? Non. Il n’y a pas de raison objective. C’est une question d’offre et de demande pour un domaine qui déchaîne les passions. Par conséquent, j’en suis certain, en matière de valeur, l’horlogerie a un demi-siècle de retard.

Partager l'article

Continuez votre lecture

Collectionner les grands vins, une tendance à la hausse depuis la pandémie
Gastronomie & VinsGrand angle

Collectionner les grands vins, une tendance à la hausse depuis la pandémie

Ces dernières années, les ventes aux enchères de vins et de spiritueux ont connu un succès retentissant. Depuis trois ans, Sotheby’s a doublé son activité, […]

By Kristen Shirley

Faut-il collectionner les voitures électriques ?
Auto & High TechGrand angle

Faut-il collectionner les voitures électriques ?

Peu le savent, mais au tournant du 20ème siècle l’automobile électrique connaissait un grand succès. Le premier modèle du genre a été présenté par le […]

By Jorge Guerreiro

S'inscrire

Newsletter Hebdomadaire

Soyez prévenus des dernières publications et analyses.

S'inscrire
  • À propos
  • Newsletter
  • contact@luxurytribune.com

    Conçu par Antistatique