• Événements
  • Cercle de Réflexion
  • À propos
  • Le Swiss Center for Luxury Research
Se connecterS'abonner
  • Tribune libre
  • Business & Tendances
  • Style & Évasion
  • Durabilité
  • Académique & Études
  • Les mondes du luxe
Se connecterS'abonner
ModeGrand angle

Milan et la nouvelle vague du luxe sentimental

Redonner vie aux vêtements est devenu le nouveau modèle du luxe milanais. Le lien émotionnel que procure un vêtement hérité de sa famille est à l'origine des dernières tendances observées à Milan.

Elena Cozza

By Elena Cozza18 mars 2021

Redonner vie aux vêtements vintage est devenu la nouvelle incarnation du luxe milanais (Shutterstock)

Le secret du sens iconique de la mode milanaise réside dans ses racines. Les familles milanaises sont passées maîtres dans l'art de garder des secrets en leur sein, surtout s'il s'agit d'une pièce de mode. Dans les quartiers de Brera et Montenapoleone, les rues vibrent d’un subtil mélange de vintage et de haute couture. Redonner vie aux vêtements est devenu la nouvelle incarnation du luxe milanais. Le lien émotionnel que procure un vêtement qui a appartenu à la «Mamma» est à l'origine des tendances de la capitale de la mode, Milan.

Les grands-parents, modèles du style

Le profil Instagram @MilanesiaMilano est passé maître dans le repérage des tendances et le partage des meilleures tenues photographiées dans les rues de la capitale de la mode. Le fil d'actualité présente des nuances et des facettes qui se complètent, évoquant un tableau impressionniste. Mais quel est l’archétype du Milanais au style suranné? C’est l'équipe de «Milanesi a Milano» qui en donne la meilleure définition: «Le meneghino» type (alias le Milanais) est une femme d’un certain âge (également appelée «sciura» à Milan) qui porte un manteau chic, un foulard imprimé Pucci et des talons aiguilles, pour aller prendre un café chez Ravizza, et se balader sur la Via della Spiga ou le quartier hipster radical chic de Porta Romana».

Le lien émotionnel que procure un vêtement qui a appartenu à ses grands-parents est à l'origine des tendances de la capitale de la mode, Milan. (Shutterstock)

le luxe sentimental est un profond sentiment d'appartenance, c'est la joie subtile de surfer sur des générations de style, une exhalaison de la «sprezzatura» milanaise

Fabrizio Maria Pini, directeur du master international en gestion du luxe au MIP de Milan

Cependant, la nouvelle tendance de la mode milanaise s’aligne aujourd’hui sur une économie circulaire fondée sur le vintage, les pièces d'occasion, le contemporain et l'avant-garde. Il n'est pas rare d'apercevoir une adolescente portant un manteau en laine Missoni oversize des années 60, associé à une ceinture en cuir double G en or bronze de la dernière collection de Gucci, ou de croiser une étudiante arborant une veste style léopard Aspesi empruntée du vestiaire de sa mère et acquise pendant la période-phare de l'imprimé animal en vogue dans les années 2000. Un Milanais peut être un défenseur des droits des animaux, mais lorsqu'il va boire un gin-tonic avec des amis, il portera le manteau en fourrure de vison de sa grand-mère datant des années 70. Silvia, étudiante en génie chimique: «Lorsque j'avais 18 ans, ma grand-mère m'a offert son tout premier sac à main Louis Vuitton, acheté dans le magasin Louis Vuitton de Milan. Il s'agissait du modèle Alma, pour être précis. Il est étonnant de constater qu'un sac à main qui était à la mode il y a 50 ans, l'est toujours. Tous les petits défauts qu’il arbore renferment l'essence de ma grand-mère.»

A Milan, on sait transformer l'ancien pour en faire le nouveau chic. Les deux s'enrichissent et se réinventent, obtenant un look «effortless»(Shutterstock)

La fidélité aux racines: un point de vue milanais

La nouvelle vague du luxe a vu l'émergence d'une valeur sentimentale liée à la mode, grâce au lien entre les racines, l’héritage et l'histoire. Fabrizio Maria Pini, directeur du master international en gestion du luxe au MIP de Milan, décrit le luxe sentimental comme «un profond sentiment d'appartenance, c'est la joie subtile de surfer sur des générations de style, c'est l'hommage à une longue et interminable lignée de bon goût et de sobriété, une exhalaison de la «sprezzatura» milanaise. Sa valeur est celle d’évoquer l'esprit de la ville». La valeur ajoutée sentimentale des pièces en fait des objets précieux et uniques. Elles sont traitées avec révérence et respect, acquérant ainsi la fonction d'un talisman. Chiara, étudiante en gestion du luxe, Milanaise par choix et passionnée de vintage, déclare: «J'ai hérité d'une magnifique bague en or et en diamants de ma grand-mère. Elle me donne un sentiment d'appartenance et de protection en raison de sa forte valeur symbolique. C'est une pièce unique que l'on ne trouve nulle part ailleurs.»

La valeur ajoutée sentimentale des pièces vintage en fait des objets précieux et uniques. Elles sont traitées avec révérence et respect, acquérant ainsi la fonction d'un talisman (Shutterstock)

Après tant d'années, la forte odeur du cuir, mêlée à une certaine fascination pour le passé de mes grands-parents, font de cette veste l'un des objets les plus précieux que je possède

Federico, passionné de mode

Les Milanais vivent et portent leur mémoire vestimentaire. Chaque fois qu’une tenue est remarquée pour son originalité non conventionnelle, ce vêtement devient plus qu'un simple tissu. Il représente un métissage d'histoire, d’héritage et de dévotion. L'ancien devient le nouveau et ceux-ci s'enrichissent et se réinventent, obtenant un look «effortless». La succession d'années d'histoire de la mode permettent de voir les anciennes tendances revenir au goût du jour, comme les épaulettes, les manches arrondies, les pantalons de velours évasés et les vestes en peau de mouton, dans un cycle continu de tradition et d'innovation. Federico, basé à Amsterdam et passionné de mode commente: «Ma veste en cuir vintage m'a été offerte par ma grand-mère milanaise, une pièce qui appartenait autrefois à mon grand-père. Après tant d'années, la forte odeur du cuir, mêlée à une certaine fascination pour le passé de mes grands-parents, font de cette veste l'un des objets les plus précieux que je possède. Inutile de dire que je me sens un autre homme lorsque je la porte».

La succession d'années d'histoire de la mode permettent de voir les anciennes tendances revenir au goût du jour (Shutterstock)

Le luxe sentimental est également présent dans la valeur de la customisation. Il y a plusieurs décennies, les Milanais avaient l'habitude de faire couper leurs vêtements sur mesure en fonction de leurs besoins et de leurs envies, ou bien ils créaient leurs propres vêtements.

Bien que la tendance «Got it from my Mamma» (GFM) soit fortement influencée par la valorisation des vêtements hérités de la famille, ceux-ci subissent de temps à autre une cure de rajeunissement minutieuse, afin de s'adapter aux désirs de chacun et surtout à la mode actuelle. À Milan, le vintage devient dynamique et adaptable. Il est en effet très fréquent qu'un «meneghino» demande à un tailleur de rénover tout objet aimé de la famille, afin d'ajouter des détails élégants ou de se débarrasser des éléments vieillis qui ne lui correspondent plus. Au cours de ce processus, le Milanais redécouvre l'art du tailleur, qui remonte aux origines de ses grands-parents.

La fast fashion, antithèse de l'art de vivre à l'italienne

L'attachement aux racines peut expliquer les difficultés rencontrées par la fast-fashion à pénétrer le secteur de la mode milanaise. Le géant espagnol Zara a été fondé en 1975 à la Corogne, en Espagne, et le tout premier magasin Zara en Italie a été ouvert en 2001, bien des années après l'ouverture de centaines de magasins en Europe, à New York et au Mexique. L'Italie a été classée parmi les derniers pays à «accueillir» la fast fashion, l'antithèse du mode de vie italien. Les marques italiennes ont tendance à rejeter l'immédiateté de la fast fashion, en contradiction avec l'artisanat italien, car Milan est le berceau de la lenteur et du long processus créatif.

Au final, la phrase tant entendue dans les rues de la capitale économique «Thank you, it used to be my grandma's» (Merci, c'était celui de ma grand-mère), c’est un pur concentré de style, entre histoire, rareté et connexion émotionnelle qui s'unissent dans un plaisir nostalgique à son apogée.

Partager l'article

Continuez votre lecture

Quand les marques de luxe récupèrent le vintage
ModeGrand angle

Quand les marques de luxe récupèrent le vintage

Un sac à main Louis Vuitton d’un modèle ancien, présenté aux enchères online pour une poignée d’euros? Voilà ce qu’on pouvait encore trouver il y […]

By Aymeric Mantoux

La technologie au diapason de la mode sur mesure
DurabilitéGrand angle

La technologie au diapason de la mode sur mesure

Les créateurs de mode ont compris que l’ancien modèle de la couture sur mesure pouvait être l’alternative durable et résonnée à la production en série, un idéal aujourd’hui accessible grâce à la technologie.

By Morgane Nyfeler

S'inscrire

Newsletter Hebdomadaire

Soyez prévenus des dernières publications et analyses.

S'inscrire
  • À propos
  • Newsletter
  • contact@luxurytribune.com

    Conçu par Antistatique