• Événements
  • Cercle de Réflexion
  • À propos
  • Le Swiss Center for Luxury Research
Se connecterS'abonner
  • Tribune libre
  • Business & Tendances
  • Style & Évasion
  • Durabilité
  • Académique & Études
  • Les mondes du luxe
Se connecterS'abonner
Innovation & Savoir-faire

Origyn invente le Shazam de l’horlogerie

Authentifier les montres de luxe en un instant au moyen de son smartphone? C’est la promesse d’Origyn, une solution technologique révolutionnaire née à Neuchâtel et dont la vocation est de lutter contre les contrefaçons. Explications.

Fabio Bonavita

By Fabio Bonavita12 octobre 2020

Dans l’industrie du luxe, plus qu’ailleurs, tout le monde s’accorde à dire que la contrefaçon est un fléau endémique. Un fléau que Vincent Perriard, cofondateur de la Fondation Origyn et ex-CEO de la marque HYT, entend combattre: «Environ 40 millions de montres contrefaites sont produites chaque année, c’est une perte énorme pour les marques. Ces dernières ont développé des solutions de blockchain pour certifier leur garde-temps, mais ces solutions présentent toutes le même problème: le certificat est séparé de la montre. Donc il est encore possible de vendre une fausse montre avec un vrai certificat.» Après trois ans de réflexion et de recherche, Vincent Perriard et ses équipes basées à Neuchâtel et en Californie sont parvenus à trouver une parade unique en son genre: «Elle est simple, intuitive et infalsifiable. Il suffit de prendre en photo la montre au moyen d’une application pour smartphone et on sait tout de suite si elle est authentique. C’est le même fonctionnement que Shazam, mais pour l’horlogerie. Tout est au point, il nous suffit juste de finaliser l’application pour smartphone, elle sera lancée durant le deuxième trimestre 2021.»   

Bientôt, un smartphone suffira pour authentifier une montre de luxe. (DR)

Mariage technologique

Au lieu de se fier à une micropuce, un code barre ou une gravure, la technologie Origyn fait appel à un algorithme qui conjugue intelligence artificielle et apprentissage automatique. Cette combinaison permet d’identifier et d’authentifier rapidement une montre grâce à l’analyse de nombreux points de référence saisis par des signatures visuelles et/ou sonores de son mouvement. Les marques sont impliquées dans la création d'un produit de luxe dès sa production, en générant son «clone numérique», inviolable et impossible à contrefaire. «En fait, cela fonctionne comme quand on était petit et que l’on observait deux objets qui semblaient identiques, précise le cofondateur d’Origyn. En les regardant via un microscope, on se rendait compte qu’il y avait de légères différences, ce sont ces différences qui rendent chaque montre totalement unique.» Avant de préciser: «La question de l’authentification d’une montre est fondamentale dans le marché de seconde main, un marché qui explose depuis quelques mois. Origyn rétablira une totale confiance entre les vendeurs et les acheteurs.»

Vincent Perriard, cofondateur d’Origyn, une fondation à but non lucratif gouvernée par le secteur horloger et les détenteurs de token. (DR)

Liens numériques

Les principales marques horlogères souhaitent adopter cette technologie

Vincent Perriard, cofondateur d’Origyn

Avant même le lancement de l’application, ces atouts permettent à Vincent Perriard d’intéresser les plus grandes maisons horlogères: «Je ne peux pas encore donner de noms, mais les principales marques souhaitent adopter cette technologie. Surtout que cette dernière est ouverte, flexible et ne leur coûte rien. Il leur suffit d’intégrer la photo de chaque montre dans leur processus de fabrication, c’est aussi simple que cela.» A terme, le protocole Origyn vise à relayer les montres à leurs propriétaires afin de leur permettre d’enregistrer leur perte ou vol éventuels. Il entend également faciliter le transfert de propriété et permettre aux assurances d’offrir une couverture directement aux propriétaires de ces produits de luxe. Vincent Perriard prédit: «Les marques pourront reprendre le contrôle de leur relation avec les clients finaux en leur proposant, en plus de produits mondialement reconnus, une preuve certifiée et irréfutable de la précommande d'une montre n’ayant pas encore été lancée ou des services liés à l’entretien des garde-temps. Les possibilités sont quasiment infinies!» D’autant qu’après l’horlogerie, Origyn entend s’attaquer à d’autres secteurs comme celui de la maroquinerie ou de la joaillerie.

Partager l'article

Continuez votre lecture

La Suisse, terre du nouveau luxe pour Bally
Innovation & Savoir-faire

La Suisse, terre du nouveau luxe pour Bally

Avec l’arrivée de Nicolas Girotto à sa tête, Bally a opéré un repositionnement de marque important. Oublié le glamour hollywoodien. Aujourd’hui, elle joue la «suissitude» chic et baisse ses prix.

By Cristina D’Agostino

«Le luxe français s’est imposé grâce à l’espionnage industriel»
Innovation & Savoir-faire

«Le luxe français s’est imposé grâce à l’espionnage industriel»

Après plus de dix ans d’enquête, la journaliste parisienne Laurence Picot publie «Les Secrets du Luxe». Un ouvrage passionnant qui nous emmène aux origines du luxe français. Avec sa galerie de personnages hauts en couleur, ses secrets inavouables et ses coups de génie. Entretien.

By Fabio Bonavita

S'inscrire

Newsletter Hebdomadaire

Soyez prévenus des dernières publications et analyses.

S'inscrire
  • À propos
  • Newsletter
  • contact@luxurytribune.com

    Conçu par Antistatique