• Événements
  • Cercle de Réflexion
  • À propos
  • Le Swiss Center for Luxury Research
Se connecterS'abonner
  • Tribune libre
  • Business & Tendances
  • Style & Évasion
  • Durabilité
  • Académique & Études
  • Les mondes du luxe
Se connecterS'abonner
AbonnéBusiness

La contrefaçon dopée par les ventes en ligne (Episode 1)

Malgré la hausse des saisies aux douanes et la démocratisation des certificats numériques, la contrefaçon poursuit sa croissance dans le luxe. Plus inquiétant encore, les nouvelles générations se disent séduites par l’achat de faux produits en ligne.

Fabio Bonavita

By Fabio Bonavita22 février 2021

500 Mrd $

La valeur annuelle mondiale des produits contrefaits

50%

La hausse du nombre de produits saisis en Europe en 2019

54%

La part des internautes qui envisagent d’acheter un produit contrefait

Après des décennies d’efforts et d’investissements de la part des marques de luxe, le fléau de la contrefaçon est toujours aussi présent. Il s’est même accentué depuis quelques années, profitant de la montée en puissance du e-commerce. Autre motif d’inquiétude, les jeunes, futurs clients du secteur, semblent autant séduits que leurs aînés par les faux produits. C’est la conclusion du dernier rapport de la société britannique OnBuy. On y apprend également que le marché de la contrefaçon s’est déplacé de la rue aux plateformes de vente en ligne. Les marques les plus recherchées sont, dans l’ordre, Balenciaga, Hermès, Versace, Burberry et Prada. Enfin, sur les 4300 personnes sondées par OnBuy, 22% possèdent déjà des produits contrefaits et 54% envisagent d’en acheter un ces prochains mois.

Aidé par la hausse des ventes en ligne, le marché de la contrefaçon prend de l’ampleur depuis quelques années. (DR)

Les jeunes friands de faux

Des chiffres qui ne surprennent pas Jürg Herren, vice-président de l’association suisse Stop Piracy: «Le commerce de faux ne cesse de prendre de l’ampleur et s’étend à tous les secteurs et catégories de produits. Les entreprises suisses et la branche horlogère, dans le secteur des biens de luxe, sont particulièrement touchées en comparaison internationale.»

Pour continuer à lire cet article, abonnez-vous maintenant

CHF 10.- par mois / CHF 99.- par année

S'abonner
  • Accès illimité à tous les contenus payants
  • Des analyses approfondies sur l'industrie du luxe que vous ne trouverez nulle part ailleurs.
  • Des études et rapports sur les principaux défis à venir ainsi que leur décryptage.
  • Des articles académiques élaborés par des professeurs et des doctorants membres du Swiss Center for Luxury Research, ainsi qu’un certain nombre d’universités à l’étranger.
  • Des événements réservés aux membres pour enrichir vos connaissances et votre réseau.

Partager l'article

Continuez votre lecture

«La blockchain permet aux marques de reprendre en main leur destin digital»
Innovation & Savoir-faire

«La blockchain permet aux marques de reprendre en main leur destin digital»

Fonctionnant comme un consortium associatif, Arianee cherche à démocratiser la technologie blockchain dans l’industrie du luxe. Entretien avec Emmanuelle Collet, cofondatrice de cette startup parisienne qui mise sur l’identité digitale pour révolutionner la relation client.

By Fabio Bonavita

Tribune libre

La blockchain pour la conformité dans le luxe

Le secteur du luxe est en recherche constante d’innovations. Et la blockchain est l’une des pistes les plus prometteuses. Richemont avec Vacheron Constantin, LVMH avec […]

By Vincent Pignon

S'inscrire

Newsletter Hebdomadaire

Soyez prévenus des dernières publications et analyses.

S'inscrire
  • À propos
  • Newsletter
  • contact@luxurytribune.com

    Conçu par Antistatique