• Événements
  • Cercle de Réflexion
  • À propos
  • Le Swiss Center for Luxury Research
Se connecterS'abonner
  • Tribune libre
  • Business & Tendances
  • Style & Évasion
  • Durabilité
  • Académique & Études
  • Les mondes du luxe
Se connecterS'abonner
Art & Design

Le goût de l’écriture existe-t-il encore?

Alors que 300 milliards d’e-mails sont envoyés quotidiennement dans le monde, comment inspirer les jeunes générations à l’écriture manuscrite? Nicolas Baretzki, CEO de Montblanc International raconte pourquoi le pouvoir de l’écrit sera toujours stratégique.

Cristina D’Agostino

By Cristina D’Agostino01 avril 2021

Collection (Montblanc M) RED en collaboration avec the RED foundation, 2019 (Montblanc)

Coucher ses pensées sur du papier à l’ère du tout numérique a-t-il encore un sens? Pourtant, on le sait, laisser glisser sa plume ou son crayon délie les envies et les idées. Former des lettres, des pleins et des déliés, façonne sa pensée, à l’encre bleue, noire ou rouge, peu importe. Demain, la technologie nous promet des mondes de communication ultra sophistiqués. Mais la plus simple des expressions graphiques, celle de la main qui manie l’instrument d’écriture, y résistera-t-elle?

Nicolas Baretzki, CEO de Montblanc International depuis 2017 (Montblanc)

Le nouveau livre de la collection Assouline «Montblanc, Inspire Writing», de l’auteur Alex Fury, raconte cette envie d’écrire. Mais c’est avant tout un pari que Montblanc doit relever, face à la jeune génération, si elle veut continuer à symboliser le sommet de l’écrit. Nicolas Baretzki, CEO Montblanc International depuis 2017 raconte pourquoi brandir un stylo pour exprimer ses émotions et ses idées sera toujours le langage de demain. Et comment il entend conduire la maison sise à Hambourg depuis 1906 dans l’ère du numérique.

Dans le livre «Inspire Writing », on peut y lire qu’écrire signifiait le pouvoir, par le passé. Aujourd’hui, plus que jamais, le goût de l’écriture serait-il réservé aux puissants?

Je ne suis pas entièrement d’accord avec le fait de lier l’écriture avec le pouvoir. C’est réducteur, y compris dans l’ancien monde. Bien sûr, la transmission écrite était dans les mains de ceux qui possédaient le savoir, mais elle était avant tout dans une logique d’ouverture vers ceux qui ne la maîtrisaient pas. C’est un syllogisme de lier l’écriture au pouvoir. Aujourd’hui, l’écrit est davantage lié à une transmission personnelle de ses pensées ou de ses émotions et moins dans la transmission manuscrite précise de textes qui doivent perdurer dans le temps.

L’écrit serait donc un luxe aujourd’hui?

Montblanc: Inspire Writing Coffee Table Book (DR)

Non. Au contraire. C’est la capacité de chacun à exprimer avec ses propres mots et pensées un élément personnel. À l’époque, l’écrit était élitiste. Aujourd’hui, il est totalement démocratisé. Un luxe voudrait dire rare et exceptionnel, alors que ce monde digital dans lequel nous vivons provoque au contraire une envie d’écrire avec un papier et un stylo. Je le constate de plus en plus. Pour moi, écrire sur une page c’est une façon de me souvenir. Lorsque je dois écrire un discours, par exemple, je le fais à la main, sinon je ne m’en souviens pas. Le fait d’écrire à la main permet d’aller chercher l’émotion personnelle. Et je crois que le digital nous y mène de plus en plus, par nostalgie peut-être. C’est tout à fait corrélé au monde du vintage d’ailleurs. Pourquoi provoque-t-il un tel engouement? Je crois que c’est un besoin de retour vers un monde plus inspirant, plus joyeux peut-être.

Justement, à propos de vintage, y a-t-il un marché de l’instrument d’écriture de seconde main important?

C’est une très bonne question. Il y a un énorme marché, mais très secret, de gré à gré. Beaucoup de communautés existent, qui s’organisent en forum ou blogs, comme des «Montblanc societies», auxquels je suis inscrit, car je trouve cela très intéressant. C’est très développé mais très peu organisé. Quelques maisons de vente aux enchères proposent des ventes d’instruments d’écriture, mais c’est encore rare. Mais cela va fortement se développer.

Le marché du vintage gagne également les instruments d'écriture, en forte progression. Ici, la collection Montblanc Heritage Egyptomania, très recherchée par les collectionneurs. (Montblanc)

Voulez-vous jouer un rôle actif dans ce marché du vintage?

Oui, clairement. Et je le dis sans arrogance, dans le monde de l’écriture, Monblanc est vraiment leader. Nous devons activement communiquer sur l’intérêt de collectionner des instruments d’écriture. Et ce n’est pas un secret que de dire que la Montblanc Haus que nous préparons à Hambourg sera le lieu idéal pour cela. Elle est bâtie pour inspirer et donner envie d’écrire, grâce à un musée, une école de l’écriture, des lieux d’expériences. Clairement, Monblanc a un rôle à jouer.

Quelle est la valeur de ce marché?

Il est difficile d’avoir une vraie valeur des pièces, puisque ce marché n’est pas encore organisé, mais je sais que certaines pièces Montblanc sont activement recherchées par les collectionneurs. Certaines collections «artisans» qui avoisinent 30'000 euros pièce sont vendues jusqu’à trois fois leur valeur. La pièce Heritage Agatha Christie avec le serpent comme clip, par exemple, est très demandée

Le livre est émaillé de citations. Quelle est votre préférée?

Il y en a une que j’aime particulièrement, celle de Virginia Woolf : «Every secret of a writer’s life, every quality of his mind, is written large in his words». Écrire révèle une partie de soi. De façon très personnelle, je vais vous raconter une anecdote. Pour mes vingt ans, j’avais organisé une grande fête, et l’une des personnes invitées n’avait malheureusement pas pu se joindre, puisqu’elle était malade. Mais en guise de cadeau, cette amie m’a envoyé pour mon anniversaire dix cartes postales qui retraçaient ma vie. Elle avait pris le temps de choisir chaque carte, d’écrire un texte au dos de chacune et je dois avouer que cela a provoqué en moi un déclic. Cela a tellement révélé qui était cette personne… que je l’ai épousée! Cette phrase m’inspire. Car dans l’écrit, des éléments forts se révèlent.

Montblanc: Inspire Writing Coffee Table Book

Quelles sont les stratégies que Montblanc déploie pour faire face à la croissance exponentielle d’échanges écrits via e-mail?

Je n’ai jamais opposé le monde digital et le monde de l’écrit manuscrit. Le monde numérique est un accélérateur de l’écrit. Il le met en avant et renforce la signification de l’écriture à la main. C’est une démarche plus compliquée mais plus profonde. Je n’ai donc pas d’inquiétude. C’est le même concept que de porter une montre. On ne la porte plus pour avoir l’heure. C’est un statut. Et l’instrument d’écriture en est un. Le secteur de l’instrument d’écriture reste le département clé chez Montblanc, en termes de business, mais aussi en terme de richesse de notre artisanat.

L’interpénétration des deux mondes peut aussi exister. A ce propos, est-ce que Montblanc développe des écritures numériques, des fontes Montblanc?

Romancier, poète et lyrique chinois Feng Tang (Montblanc)

C’est un aspect intéressant. Bien sûr nous avons développé le stylet Montblanc, un pont entre les deux mondes. Car effectivement, il faut exister dans les deux mondes. Mais cela ne doit se faire que si Montblanc apporte une valeur ajoutée. Nous avons développé avec l’artiste chinois Feng Teng une fonte numérique liée à la calligraphie, pour pouvoir écrire le chinois simplifié. Nous avons également développé avec Samsung un étui pour téléphone mobile en cuir qui, lorsqu’il est connecté au portable, permet d’installer directement des styles d’écritures Montblanc, comme une plume, un roller-ball.

Cela peut-il faire le lien avec la nouvelle génération?

À nouveau, j’espère qu’on continuera à apprendre à écrire à la main à l’école. Les nouvelles générations ont de l’intérêt pour l’écriture à la main. Bien sûr, il n’y a plus l’attrait de la fonctionnalité. Et je ne vais pas lutter contre cette évolution. Mais la jeune génération a envie de comprendre l’intérêt de l’objet de luxe, du statut, des histoires que l’on raconte, qui sont liées à la culture. La Montblanc Haus à Hambourg a vraiment cette ambition. La jeune génération apprécie les collections capsules que nous créons, comme celle avec Red ou avec Marc Newson. Ou notre communication avec le réalisateur Spike Lee. Sans oublier notre collaboration avec le musée du Louvre Abu Dhabi sur la calligraphie. Donner envie est capital, car l’envie enrichit le monde et l’écrit le révèle.

Montblanc va bientôt inaugurer le "temple" de l'écriture avec la Montblanc Haus qui sera basée à Hambourg (DR)

Partager l'article

Continuez votre lecture

«Le luxe français s’est imposé grâce à l’espionnage industriel»
Innovation & Savoir-faire

«Le luxe français s’est imposé grâce à l’espionnage industriel»

Après plus de dix ans d’enquête, la journaliste parisienne Laurence Picot publie «Les Secrets du Luxe». Un ouvrage passionnant qui nous emmène aux origines du luxe français. Avec sa galerie de personnages hauts en couleur, ses secrets inavouables et ses coups de génie. Entretien.

By Fabio Bonavita

«Le luxe suisse est un outil de communication précieux»
Business

«Le luxe suisse est un outil de communication précieux»

Ambassadeur de la Suisse à l’étranger, Nicolas Bideau estime que le luxe n’a pas d’autres choix que de miser sur sa durabilité. Le directeur de Présence Suisse se livre également sur les valeurs qui font du Made in Switzerland un label de qualité à l’international. Même en période de crise. Entretien.

By Fabio Bonavita

S'inscrire

Newsletter Hebdomadaire

Soyez prévenus des dernières publications et analyses.

S'inscrire
  • À propos
  • Newsletter
  • contact@luxurytribune.com

    Conçu par Antistatique