• Événements
  • Cercle de Réflexion
  • À propos
  • Le Swiss Center for Luxury Research
Se connecterS'abonner
  • Tribune libre
  • Business & Tendances
  • Style & Évasion
  • Durabilité
  • Académique & Études
  • Les mondes du luxe
Se connecterS'abonner
AbonnéStratégie

De grandes alliances se dessinent dans le yachting

Alors que la pandémie n’a pas freiné l’attrait mondial pour le yachting, l’Italie connaît une effervescence sans précédent de son secteur nautique et laisse entrevoir des alliances de grands noms.

Bettina Bush Mignanego

By Bettina Bush Mignanego06 avril 2021

L'approche de Wally, où la forme reflète la fonction, vise à améliorer l'expérience de la navigation (Wally)

Ces derniers temps, l'Italie confirme son leadership dans le secteur des mégayachts, porté par des marques aussi prestigieuses que Azimut Benetti, Ferretti et Sanlorenzo. Il suffit de rappeler que la moitié des mégayachts de plus de 24 mètres dans le monde sont produits par les chantiers navals italiens, et que pour 2021 les commandes enregistrées atteignent 407 millions d'euros sur un volume global de 821 millions.

Malgré la pandémie, l’Italie a vu son secteur nautique maintenir en 2020 le même niveau que 2019 avec un chiffre d'affaires global de 4,8 milliards d'euros (données de l'enquête Monitor de Confindustria Nautica en collaboration avec la Fondazione Edison). C'est précisément pour maintenir cette position que nous assistons ces derniers temps à des accords entre des marques, même rivales, pour construire de nouveaux pôles, à l’image de Ferretti et Sanlorenzo qui ont décidé d'unir leurs forces dans une joint-venture à parts égales pour reprendre Perini Navi, déclarée en faillite par le tribunal de Lucca le 29 janvier dernier, et dont la dette s'élève à 100 millions d'euros.

La série de yachts Argonaut reflète la grâce et le style qui ont fait de Perini Navi une marque mondialement reconnue (Perini Navi)

Perini Navi est un élément important de l'histoire du yachting italien, considéré comme le géant mondial de la voile, pour les yachts de plus de 45 mètres de long, faciles à manœuvrer sans équipage. Un chantier naval réputé pour sa capacité à concevoir, planifier et construire ses magnifiques bateaux.

En un mot, c’est l'une des stars de la construction navale italienne dans le monde, aujourd’hui submergée par les dettes.  Ferretti, dirigé par le président chinois Tan Xugguang, et le PDG Alberto Galassi, a réalisé un chiffre d'affaires de 649 millions d'euros en 2019, avec huit marques, dont la mythique Wally Yachts. L'acquisition de Perini par cette nouvelle entité représenterait un nouveau pas décisif dans le monde de la voile, et le fait même que Wally ne dispose pas de sites de production fait de Perini une très bonne affaire. 

Alberto Galassi, le PDG du groupe Ferretti qui possède huit marques dont Wally et Riva, entre autres. (DR)

Du côté de Sanlorenzo, cotée en bourse et dirigée par l'administrateur délégué Massimo Perotti, la marque fabrique des superyachts de 27 à 70 mètres et réalise un chiffre d'affaires de 455 millions d'euros. Pour certains observateurs, cette alliance n'est pas si inattendue si l'on regarde l'histoire de l'industrie nautique européenne. Il suffit de penser à ce qui s'est passé en Hollande avec Feadship, la First Export Association of Dutch Shipbuilders, qui a vu le jour en 1949, loin de la mondialisation, avec l'idée de réunir deux chantiers navals, Royal Van Lent Shipyard (aujourd'hui propriété de LVMH, Bernard Arnault) et Koninklijke De Vries Scheepsbouw, dans l'idée qu'ensemble ils pourraient mieux surmonter la crise:  dans ce cas, celle provoquée par la Seconde Guerre mondiale. 

Aujourd'hui, le contexte a changé, mais le motif reste intact: Alberto Galassi et Massimo Perotti veulent sauver le chantier naval Perini de la faillite, sauver des années de savoir-faire et lui redonner une nouvelle vie.  Les deux grands noms ont annoncé l'opération à la mi-février avec beaucoup d'enthousiasme. Cependant, après tout juste un mois, la question de Perini Navi reste en suspens et ouverte: les anciens propriétaires de Perini, la société Fenix de la famille Tabacchi, ont contesté la sentence du tribunal de Lucca, bloquant tout le processus, de sorte que le prochain rendez-vous aura lieu le 16 avril devant la cour d'appel de Florence.

Il faudra encore du temps pour comprendre qui sera le vainqueur de cette affaire complexe.  Deux experts du secteur, Lorenzo Polllicardo, directeur technique et environnemental de SYBAss (l'association des constructeurs de superyachts qui regroupe les plus importants constructeurs internationaux de superyachts) et Giorgio Gallo, responsable du secteur Yachting Italia et de RINA ont expliqué à Luxury Tribune comment se porte le marché des mégayachts dans le monde à l'heure du Covid. «Nous attendons que le brouillard se dissipe, déclare Lorenzo Pollicardo. La pandémie n'a pas créé un véritable obstacle au marché, nous constatons plutôt quelques ralentissements. Il faut maintenir une attitude prudente, même si le carnet de commandes n'a pas été négatif.»

La pandémie a d'ailleurs dessiné de nouvelles tendances: «La Covid a certainement accéléré l’innovation en matière de yachts durables et, en tant qu'association de constructeurs, nous investissons également dans de nouveaux systèmes de propulsion et dans des carburants sans combustibles fossiles. Ce n'est pas une coïncidence si la pandémie a rendu les gens plus attentifs à l'environnement et à la vie en plein air, avec une envie importante de voyager avec leur famille dans des endroits sûrs. Même pour Giorgio Gallo, 2020 n'a pas été une année noire: «Les chantiers navals ont maintenu les mêmes volumes qu'en 2019, tandis que 2021 va au-delà des attentes, et nous prévoyons une croissance de 10% de nos certifications. Le mégayacht devient une nouvelle résidence privée, une île enchantée.» Quant aux catégories, il y a des signes évidents indiquant que les choix se portent sur des yachts capables d'affronter de longs voyages autour du monde, en grande autonomie. Giorgio Gallo poursuit: «Il y a beaucoup de demandes pour des mégayachts type Explorer, pour des croisières sous d'autres latitudes que la Méditerranée, pour atteindre des contrées encore non polluées.» Dans l'intervalle, l'Italie ne veut pas perdre son leadership dans le secteur nautique, et Gênes a déjà confirmé les dates de la 61ème édition de son salon nautique, le plus importante de Méditerranée, du 16 au 21 septembre 2021.    

Partager l'article

Continuez votre lecture

Le rebond de l’industrie du yachting
BusinessGrand angle

Le rebond de l’industrie du yachting

S’isoler avec sa famille sur un yacht n’a jamais été aussi attrayant, et c’est l’une des raisons pour lesquelles l’industrie du yachting se remet rapidement de l’impact de Covid-19.

By Kristen Shirley

Le yachting durable n’est plus une chimère (Ep.2)
DurabilitéGrand angle

Le yachting durable n’est plus une chimère (Ep.2)

Le yachting est en passe de devenir plus écoresponsable. Les sociétés de charter contribuent à sensibiliser les consommateurs en ajoutant à leur flotte davantage de yachts hybrides équipés de technologies écologiques.

By Emma Reynolds

S'inscrire

Newsletter Hebdomadaire

Soyez prévenus des dernières publications et analyses.

S'inscrire
  • À propos
  • Newsletter
  • contact@luxurytribune.com

    Conçu par Antistatique